Les archéologues découvrent deux anciennes cariatides gardant la tombe à Amphipolis

Les archéologues découvrent deux anciennes cariatides gardant la tombe à Amphipolis


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le ministère de la Culture en Grèce a annoncé une autre découverte spectaculaire dans le monument funéraire énigmatique d'Amphipolis dans le nord de la Grèce - deux cariatides d'une beauté exquise, sculptées dans du marbre avec des traces de peinture bleue et rouge. Discovery News rapporte que les cariatides ont été trouvées lorsqu'une équipe d'archéologues dirigée par Katerina Peristeri a enlevé du sol sablonneux devant un mur d'étanchéité et a découvert que les deux sculptures féminines se tenaient entre deux piliers de marbre soutenant une poutre. Le ministère a déclaré que la présence des cariatides étaye l'idée qu'il s'agit d'un "monument exceptionnel d'une importance particulière".

Une cariatide est une figure féminine sculptée servant de support architectural prenant la place d'une colonne ou d'un pilier supportant un entablement sur sa tête. Le terme grec « karyatides » se traduit par « jeunes filles de Karyai », une ancienne ville du Péloponnèse. Karyai avait un temple célèbre dédié à la déesse Artémis sous son aspect d'Artémis Karyatis.

Les cariatides trouvées à Amphipolis, qui sont sculptées dans le marbre de Thassos, portent une tunique à manches et des boucles d'oreilles, et présentent de longs cheveux bouclés couvrant leurs épaules. Le bras droit de la cariatide occidentale et le bras gauche de la cariatide orientale sont tous deux tendus, comme pour arrêter symboliquement toute personne tentant d'entrer dans la tombe. Le visage de l'une des sculptures survit presque intact, tandis que l'autre est manquante.

Vêtues d'une tunique à manches et de boucles d'oreilles, les Cariatides ont des cheveux longs et épais couvrant leurs épaules. Crédit : Ministère de la Culture

Devant les Cariatides, il y a un deuxième mur de pierre d'étanchéité, large de 4,5 mètres, suivant la technique du mur d'entrée de la tombe. Cela montre que les constructeurs de la tombe ont fait de gros efforts pour empêcher quiconque d'entrer dans la tombe.

Les archéologues ont également découvert un bloc de marbre rectangulaire parfaitement conservé, mesurant 14 pieds de long et 3 pieds de large, au bas de la voûte. Sous le grand bloc, ils ont trouvé des rosettes peintes en bleu, rouge et jaune. Andrew Chugg, auteur de "The Quest for the Tomb of Alexander the Great", a déclaré à Discovery New que les rosettes sont similaires à celles trouvées sur le cercueil de la tombe de Philippe II, le père d'Alexandre le Grand, suggérant que la tombe d'Amphipolis pourrait appartiennent également à un parent d'Alexandre le Grand.

Un bloc de marbre rectangulaire parfaitement conservé, mesurant 14 pieds de long et 3 pieds de large, a été exhumé au fond de la voûte en berceau. Crédit : Ministère de la Culture

Sur la face inférieure du grand bloc de marbre se trouvent des traces de bleu, de rouge et de jaune, représentant des panneaux avec des rosaces au centre. Crédit : Ministère grec de la Culture

L'hypothèse de Chugg est que le candidat le plus probable pour l'occupant de la tombe est Olympie, la mère d'Alexandre le Grand, ou sa femme, Roxane. Il a même suggéré qu'« une combinaison des deux n'est pas improbable ». Les deux reines macédoniennes sont toutes deux décédées à Amphipolis dans le dernier quart du IVe siècle, ce qui coïncide avec la datation de la tombe.

« Les Cariatides sont une découverte vraiment spectaculaire. Le fait que nous ayons maintenant une deuxième paire de gardiennes sculptées renforce bien sûr le fait qu'il s'agit de la tombe d'une reine importante », a déclaré Chugg.

Image vedette : L'une des cariatides trouvées dans la tombe d'Amphipolis en Grèce. Crédit : Ministère de la Culture.


    Les archéologues découvrent deux anciennes cariatides gardant la tombe à Amphipolis - Histoire

    Les fouilles d'Amphipolis ont révélé les restes de cinq personnes enterrées dans la tombe, a annoncé le ministère hellénique de la Culture et des Sports. Photo : avec l'aimable autorisation du ministère hellénique de la Culture/Athéna.

    Les restes d'au moins cinq personnes ont été identifiés dans la tombe d'Amphipolis dans le nord de la Grèce, a récemment annoncé le ministère hellénique de la Culture et des Sports. Datant de l'époque du légendaire roi macédonien Alexandre le Grand, le complexe de monticules fait la une des journaux dans le monde entier depuis août 2014, date à laquelle les archéologues sont entrés pour la première fois dans le complexe. Depuis lors, le ministère de la Culture a progressivement rendu public les incroyables découvertes archéologiques qui ont été découvertes dans ce qui est la plus grande tombe jamais découverte en Grèce.

    L'analyse des fragments d'os humains provenant des fouilles d'Amphipolis a déterminé que les restes appartiennent à une femme de plus de 60 ans, un nouveau-né de sexe indéterminé, deux hommes entre 35 et 45 ans et un adulte de sexe et d'âge indéterminés. Ce dernier adulte a été incinéré avant l'enterrement, contrairement aux quatre autres individus enterrés dans la tombe d'Amphipolis. Le plus jeune des deux hommes adultes semble être mort d'un coup de couteau. D'autres tests seront effectués pour déterminer si les individus sont liés les uns aux autres.

    Le vaste tombeau d'Amphipolis est protégé par un mur d'enceinte en marbre d'un tiers de mile de circonférence. Photo : Avec l'aimable autorisation Le journaliste grec.

    Il a été communément admis que le tombeau d'Amphipolis a été construit pour l'un des généraux ou des membres de la famille d'Alexandre, peut-être sa mère, Olympias, ou sa femme, Roxanne. Après la mort d'Alexandre, ses généraux se sont battus pour le contrôle de l'empire macédonien, qui s'étendait des Balkans à ce qui est aujourd'hui le Pakistan et le nord-ouest de l'Inde. La mère, la femme, le fils et le demi-frère d'Alexandre ont été assassinés pendant cette période, la plupart près d'Amphipolis. On ne sait toujours pas pour qui la magnifique tombe a été construite et pourquoi les cinq personnes ont été enterrées dans la tombe.

    Située à 100 km au nord-est de Thessalonique, Amphipolis a été fondée en tant que colonie athénienne en 437 avant notre ère. et conquis par Philippe II de Macédoine, le père d'Alexandre, en 357 avant notre ère. Le tombeau d'Amphipolis aurait été construit entre 325 et 300 avant notre ère. Alexandre est mort en 323 avant notre ère. au palais de Nabuchodonosor II à Babylone. Selon des sources anciennes, alors que le chariot funéraire d'Alexandre se dirigeait vers sa destination, l'un des généraux macédoniens, Ptolémée, a saisi son corps et l'a enterré à Memphis en Égypte. Alexandre fut ensuite inhumé à Alexandrie à la fin du IVe ou au début du IIIe siècle avant notre ère.

    Retraçant la genèse énigmatique et mystique de l'Olympiade grecque, Les Jeux Olympiques : comment ils ont tous commencé vous emmène dans un voyage dans la Grèce antique avec certains des meilleurs savants du monde antique. Allant de la signification religieuse originale des jeux aux compétitions sportives brutales, ce livre électronique gratuit brosse un tableau de l'ancien monde du sport et de ses fans dévoués.

    La tête de l'un des sphinx qui garde l'entrée du tombeau d'Amphipolis a été découverte dans l'une des chambres du tombeau. Photo : avec l'aimable autorisation du ministère hellénique de la Culture/Athéna.

    Dans les années 1950, l'archéologue grec Dimitris Lazaridis a commencé à creuser à Casta Hill à Amphipolis. Il a supposé qu'un important complexe funéraire était situé dans la colline mais n'a pas pu terminer ses fouilles. L'archéologue Katerina Peristeri a repris ses investigations à Casta Hill en 2012. En août 2014, l'équipe archéologique dirigée par Peristeri a localisé l'entrée de la tombe.

    Le tombeau massif d'Amphipolis sur la colline de Casta est protégé par un mur d'enceinte mesurant un tiers de mile de circonférence et construit en marbre de l'île voisine de Thassos. A l'entrée de la tombe, les archéologues ont fouillé deux sphinx. Les fouilles en cours ont découvert trois chambres voûtées, dans lesquelles ont été trouvés deux cariatides de 12 pieds de haut (piliers sculptés en forme de femmes), une mosaïque au sol représentant l'enlèvement de Perséphone par Hadès, du marbre blanc décoratif et des murs et des pièces de monnaie décorés de fresques représentant Alexandre le grand.

    Mosaïque du tombeau d'Amphipolis représentant l'enlèvement de Perséphone, fille de Zeus et de Déméter, par Hadès, le souverain des enfers. La figure guidant le char est Hermès, messager des dieux. Photo : avec l'aimable autorisation du ministère hellénique de la Culture/Athéna.

    Alors que les fouilles et les recherches se poursuivent sur la tombe d'Amphipolis, le monde attend avec impatience de voir ce que les archéologues découvriront ensuite.

    Visite Le journaliste grec pour une chronologie des fouilles à Amphipolis.

    Visitez le blog de l'archéologue Dorothy King PhDiva pour les discussions en cours sur les découvertes de la tombe d'Amphipolis.

    Visite Le télégraphe pour un graphique utile des découvertes à Amphipolis.


    ARTICLES LIÉS

    Les experts ont déclaré que les découvertes laissaient entendre que le monticule massif était destiné à une femme importante - peut-être l'épouse ou la mère d'Alexandre le Grand.

    Mais, son propriétaire peut rester un mystère, car le ministère grec de la Culture a annoncé que la troisième chambre de la tombe est la dernière.

    Les experts ont jusqu'à présent découvert d'énormes statues dans la tombe (l'extérieur est illustré), mais craignent qu'en raison du positionnement de certaines des trouvailles, elles aient pu être pillées et que tout reste ait été retiré.

    Une porte en marbre pesant 1,5 tonne a été déterrée dans la troisième chambre (photo). Les archéologues s'efforcent d'enlever le sol sablonneux de la pièce dans le but de découvrir ce qu'ils pensent être un sol en ardoise. Ils espèrent qu'une chambre funéraire se trouve en dessous, bien que le ministère grec de la Culture dise qu'il n'existe peut-être pas de quatrième chambre

    THÉORIES POURQUOI UNE QUATRIÈME CHAMBRE N'A PAS ÉTÉ TROUVÉE

    Les passionnés d'histoire captivés par le mystère de qui a été enterré dans la tombe d'Amphipolis ont été déçus lorsque le ministère grec de la Culture a annoncé qu'une quatrième chambre funéraire n'avait pas été découverte.

    Il existe de nombreuses théories sur son existence.

    Pillage : Certains experts disent simplement que la troisième chambre est la dernière. Cela pourrait signifier que des restes ont été retirés de la troisième chambre.

    Le ministère grec de la Culture a déclaré depuis le début des fouilles que la tombe aurait pu être pillée dans l'Antiquité, comme le suggèrent des sculptures brisées, dont des morceaux ont été trouvés dans des endroits improbables à l'intérieur de la tombe.

    Chambre cachée souterraine : D'autres espèrent qu'une chambre funéraire se trouve sous la troisième chambre. Les archéologues déplacent actuellement le sol pour découvrir le sol dans l'espoir de trouver une pièce cachée.

    C'est inachevé : il est possible que la tombe soit inachevée et n'ait jamais été utilisée. L'archéologue et auteur Dorothy King a déclaré qu'il pourrait avoir été construit pour Alexandre le Grand lui-même.

    Les experts espéraient trouver une quatrième chambre reliée à la troisième par une « brèche » dans le mur.

    Cependant, la secrétaire générale du ministère de la Culture, Lina Mendoni, a déclaré au Greek Reporter que certains archéologues espèrent qu'une quatrième chambre funéraire secrète pourrait être découverte sous terre et qu'elle serait recouverte d'un mur d'étanchéité horizontal.

    Ils creusent actuellement à travers trois pieds (un mètre) de sol sablonneux pour atteindre le sol de la troisième chambre dans l'espoir de trouver une autre entrée.

    Une étude géophysique du site montre à quel point il semble être vaste et décousu, ce qui amène certains commentateurs à espérer que ce n'est qu'une question de temps avant qu'une plus grande partie du complexe funéraire ne soit révélée.

    Dans une interview avec le journal Ethnos, Michalis Tiverios, professeur d'archéologie classique à l'Université de Thessalonique, a déclaré : « Je suis sûr à environ 95 % que la 3e Chambre est la dernière.

    "Il est possible que nous trouvions un trône - au cas où le tombeau appartiendrait à une femme - ou un lit de mort ou un étui en marbre où l'urne dorée a été placée."

    Katerina Peristeri, l'archéologue principale du projet, craint que la tombe n'ait été pillée et que la troisième chambre soit la dernière, ce qui indique que les restes de ceux qui y ont été enterrés ont peut-être été retirés il y a longtemps.

    Elle a dit que si des pillages ont eu lieu, cela indique qu'il s'agissait du lieu de repos d'une personne importante.

    Elle pense que cela s'est peut-être produit parce que des parties des statues du Sphinx gardant une chambre extérieure ont été trouvées dans la troisième chambre intérieure.

    Lors d'une conférence de presse au musée archéologique d'Amphipolis, Mme Mendoni a déclaré: "La tombe a évidemment subi une intervention humaine, comme nous pouvons le voir jusqu'à présent. Depuis le début des annonces, nous avions dit et répété à plusieurs reprises que nous avions des indices très forts de pillages.

    «Dans les preuves actuelles, nous ne pouvons pas parler d'une autre pièce. Ce monument, comme révélé, est extrêmement important, non seulement pour la région et la Macédoine seulement, mais aussi pour l'histoire et l'archéologie.

    Les archéologues ont trouvé une tête de femme appartenant à un sphinx sans tête. Parce qu'il a été trouvé plus loin dans la tombe que le corps de la créature mythique, cela suggère que la tombe a peut-être été ouverte il y a des années. La tête a des boucles tombantes (photo) qui, selon les experts, étaient autrefois peintes en rouge

    C'est la deuxième porte découverte dans la tombe. La troisième chambre, dans laquelle il a été trouvé, présente une inclinaison causée par l'effondrement du sol. Elle est remplie de sol sablonneux, susceptible d'avoir plus de cinq pieds de profondeur, et les experts s'efforcent de l'enlever.

    Le ministère grec de la Culture a déclaré: "C'est [la tête, sur la photo] une sculpture d'art exceptionnel". Le seul dommage est une pièce manquante du nez et des fragments des ailes des créatures mythiques ont également été retrouvés. Le ministère a maintenant annoncé que la troisième chambre de la tombe est sa dernière

    LE SPHINX GREC

    Dans la tradition grecque, le sphinx mythique a les hanches d'un lion, parfois avec les ailes d'un grand oiseau, et le visage d'un humain - généralement une femme.

    Il a été décrit par les écrivains comme étant traître et impitoyable.

    Dans de nombreux mythes, dont Odipe, ceux qui ne pourraient pas répondre à une énigme posée par le monstre seraient tués et mangés.

    Le sphinx décrit par les anciens Égyptiens était généralement de sexe masculin et plus bienveillant.

    Dans les deux cultures, ils gardaient souvent les entrées des temples et des tombes importantes.

    Le plus ancien sphinx trouvé gardant un site a été découvert en Turquie et date de 9 500 av.

    "Cela confirme également qu'il faut consacrer beaucoup de temps à son étude: il est possible que la communauté scientifique discute de ce monument et de son importance dans la science de l'histoire et de l'archéologie au cours des 10 ou 15 prochaines années même."

    Il y a même des suggestions selon lesquelles des soldats britanniques stationnés en Macédoine pendant la Première Guerre mondiale sont tombés sur la tombe et ont retiré des objets.

    Un article d'Ancient Origins va jusqu'à suggérer que le Dr Eric Gardner, qui était un médecin britannique pendant la guerre, a fait don de certains des trésors de la tombe au British Museum.

    D'autres archéologues ont émis l'hypothèse que la tombe pourrait ne contenir aucun reste car elle n'a jamais été terminée – et aurait pu être destinée à Alexandre le Grand lui-même.

    Dorothy King, une archéologue américaine qui vit en Angleterre, aurait déclaré : '. les pièces vides et l'impasse supportent un cénotaphe… pour Alexandre le Grand, qui n'a été réutilisé pour personne d'autre car le faire avec une tombe aussi importante aurait pu paraître présomptueux.

    La semaine dernière, les archéologues ont trouvé une tête de femme «exceptionnelle» appartenant à l'une des créatures mythiques, avec des boucles tombantes, qui, selon eux, étaient autrefois peintes en rouge.

    Le ministère grec de la Culture a déclaré: "C'est une sculpture d'art exceptionnel".

    Le seul dommage est un morceau manquant du nez. Des fragments d'ailes de créatures mythiques ont également été retrouvés.

    Le buste en marbre mesure 24 pouces (60 cm) de haut et appartient au sphinx sur la taille de droite de l'arc.

    L'expert en tombes Dimitris Gotsis a créé une maquette de ce à quoi l'arcade aurait pu ressembler et l'a partagée sur Facebook. Le sphinx regarde avec défi toute personne entrant dans le lieu de sépulture

    Une imposante mosaïque de Pluton conduisant un char (photo) a été découverte, ajoutant du poids aux soupçons des archéologues selon lesquels le tumulus pourrait contenir les restes d'un membre de la famille d'Alexandre le Grand. Bien qu'aucune chambre funéraire n'ait été trouvée jusqu'à présent, on espère qu'elle se trouvera sous terre

    PERSEPHONE MYTHOLOGIQUE

    Dans la mythologie grecque, Perséphone est la fille de Zeus et de la déesse des récoltes Déméter.

    Elle a vécu loin des autres divinités après avoir été cachée par sa mère, qui a rejeté les avances romantiques d'Apollon et d'Hermès.

    Pluton, dieu des enfers (également connu sous le nom d'Hadès) l'a enlevée, éclatant à travers la terre.

    Cette scène est représentée dans de nombreuses œuvres d'art célèbres et est connue sous le nom de « viol de Perséphone ».

    Déméter cherche sa fille partout sur Terre, négligeant ses tâches de récolte et provoquant une grande faim.

    Zeus ordonne à Pluton de rendre sa fille.

    Pluton se conforme à la demande mais trompe Perséphone en lui donnant des graines de grenade à manger - de la nourriture du monde souterrain - ce qui signifie qu'elle doit passer la moitié de l'année (les mois d'hiver) dans le monde souterrain, et le temps restant avec les dieux au-dessus.

    La tête a été retrouvée dans la troisième chambre de la tombe, où des experts ont récemment mis au jour une remarquable mosaïque représentant le récit mythique du viol de Perséphone.

    Ils ont maintenant nettoyé toute la surface de la troisième chambre, qui mesure 14 pieds (4,5 mètres) sur 19 pieds (6 mètres) et 17 pieds (5,20 mètres) de haut, a rapporté Archaeology News Network.

    Dans les prochains jours, les experts ont l'intention de retirer les morceaux de calcaire tombés de la troisième chambre pour révéler davantage une énorme porte.

    La découverte que la tête du sphinx est une femme, ainsi que d'autres éléments de preuve, peuvent ajouter du poids à la croyance de certains archéologues selon laquelle le mémorial massif a été construit pour une femme de haut rang.

    Ils pensent que le tumulus peut contenir les restes de la mère ou de l'épouse d'Alexandre le Grand – ou peut-être même d'un militaire important.

    Cependant, les sphinx sont généralement représentés avec des visages féminins.

    La semaine dernière, le ministère grec de la Culture a présenté une mosaïque mesurant 4,5 mètres (15 pieds) sur 3 mètres (10 pieds) qui couvre tout le sol d'une pièce, qui serait l'antichambre de la salle funéraire principale.

    On ne sait pas si les experts entreront dans la chambre finale.

    La figure féminine est Perséphone - fille de Zeus et de la déesse des récoltes Déméter - qui porte une robe blanche et monte sur un char, selon The Greek Reporter.

    L'intégralité d'une mosaïque récemment découverte dans une mystérieuse tombe grecque à Amphipolis a été révélée. Il montre Perséphone enlevée par Pluton (photo), qui, selon l'ancien conte, l'emmène aux enfers à bord d'un char

    Dans la mythologie grecque, Perséphone est la fille de Zeus et de la déesse des récoltes Déméter. Le conte dans lequel elle est emmenée vivre dans le monde souterrain avec Pluton a inspiré de nombreuses grandes œuvres d'art, comme une statue de Gian Lorenze Bernini (à gauche) et Dante Gabriel Rossetti (à droite) qui a choisi de la représenter avec des cheveux plus foncés.

    La mosaïque est composée de minuscules morceaux de pierre colorée pour former une image d'un char tiré par deux chevaux blancs, conduit par Pluton portant une couronne de feuilles de laurier. Hermès, le messager des dieux dans la Grèce antique, se tient devant le char, (photo) selon des experts du ministère grec de la Culture

    LA MOSAQUE ANCIENNE

    La mosaïque mesure 4,5 mètres (15 pieds) sur 3 mètres (10 pieds) et couvre tout le sol d'une pièce, qui serait l'antichambre de la salle funéraire principale d'Amphipolis.

    Il est composé de minuscules morceaux de pierre blanche, noire, bleue, rouge, jaune et grise pour former une image d'un char tiré par deux chevaux blancs, conduit par un homme barbu portant une couronne de feuilles de laurier.

    Hermès, le messager des dieux de la Grèce antique, se tient devant le char, selon des experts du ministère grec de la Culture.

    Il n'a pas été complètement découvert et une grande partie au centre est manquante.

    La mosaïque date du IVe siècle av.

    Les experts disent que la scène la montre enlevée par Pluton et conduite aux enfers. Elle devient reine d'Hadès pendant la moitié de chaque année.

    Hermès, le messager des dieux, est vu guidant le char vers les enfers.

    La scène, basée sur les mythes grecs anciens, était populaire pour illustrer les tombes à l'époque et une peinture murale sur un thème similaire se trouve dans une autre tombe royale à Aiges, à proximité.

    La mosaïque est composée de minuscules morceaux de pierre blanche, noire, bleue, rouge, jaune et grise pour former une image d'un char tiré par deux chevaux blancs, conduit par un Pluton - un homme barbu portant une couronne de feuilles de laurier.

    Il est protégé par des couches de mousse de polystyrène et un plancher en bois temporaire, tandis que les archéologues travaillent à révéler le contenu alléchant de la chambre suivante.

    La mosaïque date du IVe siècle av.

    Il y a de nombreuses spéculations sur qui a été enterré sur le site - de Roxana, l'épouse perse d'Alexandra à Olympias, la mère du roi, à l'un de ses généraux.

    La mosaïque (photo) mesure 15 pieds (4,5 mètres) sur 10 pieds (3 mètres) couvrant tout le sol d'une pièce

    Les experts pensent que l'ancien monticule, situé à environ 100 km de Thessalonique (indiqué sur la carte) a été construit pour un éminent Macédonien entre 300 et 325 av.

    Un certain nombre de chercheurs pensent que la présence de figures féminines, appelées cariatides, montre que la tombe appartient à une femme.

    L'écrivain Andrew Chugg, qui a publié un livre sur la recherche de la tombe du leader légendaire, ainsi que plusieurs articles universitaires, a déclaré au Greek Reporter que les sphinx gardant la tombe sont décorés de la même manière que ceux trouvés dans les tombes de deux reines de Macédoine, y compris la grand-mère du roi.

    Dans la mythologie grecque, Héra, l'épouse de Zeus, est représentée comme la maîtresse du sphinx. Comme les rois macédoniens de l'époque d'Alexandre s'identifiaient à Zeus, M. Chugg pense que leurs reines ont pu être associées à la créature mythique.

    Il poursuit en expliquant que les sphinx gardant la tombe ressemblent le plus à une paire à Saqqarah, qui serait le site de la première tombe d'Alexandre le Grand - dont le corps, pense-t-on, a été déplacé après sa mort.

    Il souligne également que les façades des tombes du père d'Alexandre le Grand, Philippe II et Alexandre IV, sont similaires à la façade du monument au lion trouvé, qui se trouvait à l'origine au sommet de la tombe mystérieuse.

    En plus de cela, il existe également des similitudes entre le pavage et les rosaces de Serres et ceux trouvés à l'intérieur de Philippe II.

    Un certain nombre d'érudits pensent que la présence de figures féminines, connues sous le nom de cariatides (photo), montre que la tombe dans la région d'Amphipolis de Serres appartient à une femme - probablement la mère d'Alexandre le Grand, Olympias

    Un expert a énuméré un certain nombre de caractéristiques telles que des cariatides et des sphinx qui indiquent que la tombe appartient à une femme. Il pense qu'il a probablement été construit pour la mère d'Alexandre le Grand, car les figures féminines cariatides sont probablement des Klodones - la prêtresse de Dionysos. Un gros plan de leurs sandales est représenté

    Avec tout cela, il pense que la grande sépulture a été construite pour Olympias ou l'épouse d'Alexandre le Grand, Roxane, qui seraient toutes deux décédées à Amphipolis à peu près en même temps que la construction de la tombe dans le dernier quart du 4ème siècle avant JC.

    M. Chugg pense qu'il a probablement été construit pour Olympias, car les figures féminines cariatides sont probablement Klodones - la prêtresse de Dionysos.

    L'écrivain grec Plutarque a déclaré dans une biographie d'Alexandre le Grand que sa mère fréquentait la prêtresse.

    Les détails d'une figure féminine sculptée, connue sous le nom de cariatide, sont visibles à l'intérieur d'un site de fouilles archéologiques dans la ville d'Amphipolis, dans le nord de la Grèce à droite et des plumes peuvent être vues sur l'un des deux grands sphinx de pierre (photo de gauche) qui reposent sous une voûte en berceau surmontant l'entrée de sa chambre principale

    Il y écrit que Philippe II a rêvé qu'il fermait le ventre d'Olympie avec un sceau de lion, ce qui explique peut-être que la statue de lion aurait été placée au sommet du mystérieux tumulus.

    Des experts ont déjà suggéré que la tombe appartenait à l'un des fonctionnaires du roi. Il y a des espoirs que malgré le pillage, un corps puisse encore rester à l'intérieur du tumulus.

    Lors de fouilles récentes, les archéologues ont découvert des fragments d'une porte de marbre brisée qui mène à la troisième chambre de la tombe. Ils ont également découvert des clous en fer et en bronze ainsi qu'une grande charnière.

    Ils disent que les preuves suivent la forme standard d'une tombe macédonienne, a rapporté GreekReporter.com.

    Les experts pensent que l'ancien monticule, situé à environ 100 km de Thessalonique, a été construit pour un éminent Macédonien entre 300 et 325 av.

    Ici, des archéologues travaillent à l'extérieur d'un site de la tombe à Amphipolis, dans le nord de la Grèce

    L'accès à la troisième chambre a été rendu possible après que des experts eurent déterré deux figures féminines sculptées, connues sous le nom de Cariatides, le mois dernier.

    En enlevant un grand volume de terre, derrière le mur portant les deux figures féminines sculptées, ils ont pu découvrir la chambre suivante.

    Jusqu'à présent, les experts n'avaient exploré que partiellement l'antichambre du tombeau et mis au jour un mur de marbre dissimulant une ou plusieurs chambres intérieures.

    Lors des premières observations, les archéologues ont constaté que le niveau de sol sableux dans la troisième chambre est plus bas que dans les deux chambres précédentes.

    Ce tweet montre la topographie de la tombe et les terres qui l'entourent

    Les spéculations se poursuivent sur l'appartenance de la mystérieuse tombe ancienne récemment découverte en Grèce, un universitaire suggérant maintenant que la mère d'Alexandre le Grand, Olympias (gravée dans une pièce de 316 avant JC) y a été enterrée.

    POURQUOI LA TOMBE APPARTIENT-ELLE AUX OLYMPIES ?

    L'expert Andrew Chugg pense que les sphinx sont similaires à certains trouvés dans la tombe de la grand-mère d'Alexandre le Grand.

    Il pense que les reines de l'époque étaient associées aux animaux mythiques.

    Les statues de sphinx sont également similaires à une paire à Saqqarah, qui serait le site du premier tombeau d'Alexandre le Grand, avant que son corps ne soit déplacé.

    Le lion qui était autrefois au sommet du tumulus a une façade similaire à la tombe du père d'Alexandre le Grand, Philippe II.

    Cette preuve suggère que l'enterrement a été construit pour Olympias ou l'épouse d'Alexandre le Grand, Roxane, qui sont toutes deux décédées dans le dernier quart du 4ème siècle avant JC lorsque le tombeau a été construit.

    M. Chugg pense que c'était pour Olympias parce que les figures féminines cariatides sont probablement Klodones - la prêtresse de Dionysos.

    Une histoire de l'écrivain grec Plutarque selon laquelle le ventre d'Olympie était fermé par un sceau de lion, ce qui explique peut-être le lien avec la statue de lion.

    La structure du dôme a été affaiblie en raison de la perte d'une grande quantité de terre, et les chercheurs ont découvert que le dôme voûté de la troisième chambre était sur le point de s'effondrer, en raison de «fissures profondes et étendues» de chaque côté.

    Avant la découverte des Cariatides, on craignait que le tombeau « incroyablement important » datant de l'époque d'Alexandre le Grand ait été pillé dans l'Antiquité.

    Les archéologues ont déclaré qu'un trou dans le mur décoré et des signes d'effraction indiquaient qu'il avait été pillé.

    Mais la découverte des sculptures féminines a donné un nouvel espoir qu'un trésor aurait pu survivre, après tout.

    À gauche, un expert s'emploie à retirer minutieusement le sol entourant une grande sculpture d'une Cariatide - une femelle qui prend la place d'une colonne pour soutenir un bâtiment. Les détails du corps d'un sphinx sont illustrés à droite, y compris ses ailes à plumes et son corps musclé

    Dans le sens des aiguilles d'une montre à partir du haut à droite montre deux sphinx de marbre sans tête trouvés au-dessus de l'entrée de la tombe voûtée en berceau, les détails de la façade et les cours inférieurs du mur de blocage, le sol en mosaïque de l'antichambre, une dalle de pierre de 4,2 mètres de long, et la partie supérieure sections découvertes de deux figures féminines. Les deuxième et troisième chambres, non illustrées, n'ont pas encore été explorées

    QUE SONT LES CARYATIDES ?

    Les cariatides sont des sculptures de femmes qui prennent la place d'une colonne pour soutenir un bâtiment.

    Ils sont une caractéristique distinctive de l'architecture grecque antique et célèbrent le maintien de l'Érechthéion sur l'Acropole d'Athènes.

    Leurs coiffures élaborées soutiennent leurs cous qui seraient autrement trop fins et faibles pour supporter une lourde charge.

    Les cariatides de la tombe grecque sont en marbre et soutiennent une entrée intérieure dans la parcelle funéraire.

    Ils présentent la même technique de sculpture utilisée pour les têtes et les ailes de deux sphinx trouvés gardant l'entrée principale de la tombe en août.

    Les Cariatides sont en marbre et soutiennent une entrée intérieure dans la tombe.

    Ils présentent la même technique de sculpture utilisée pour les têtes et les ailes de deux sphinx trouvés gardant l'entrée principale de la tombe le mois dernier.

    "La structure de la deuxième entrée avec les Cariatides est une découverte importante, qui soutient l'idée qu'il s'agit d'un monument important d'une grande importance", a déclaré le ministère de la Culture.

    Le visage de l'une des Cariatides est manquant, tandis que les deux personnages ont une main tendue dans un geste symbolique pour repousser quiconque tenterait de violer la tombe.

    Les archéologues ont déclaré que le site d'Amphipolis semble être la plus grande tombe ancienne jamais découverte en Grèce avec une largeur de 1 935 pieds (590 m).

    Les archéologues ont déterré deux figures féminines sculptées, connues sous le nom de Cariatides, (photo) alors qu'elles creusaient plus profondément sur le site dans le nord-est de la Grèce. Les statues mi-corps en marbre ont des cheveux épais couvrant leurs épaules et portent une tunique à manches

    La patte de l'un des sphinx gardant la tombe est représentée. Les experts disent que tous les artefacts découverts jusqu'à présent suggèrent qu'il s'agit d'une tombe typique du style macédonien

    M. Chugg pense que le tombeau a probablement été construit pour Olympias (illustré) car les figures féminines cariatides sont probablement des Klodones - la prêtresse de Dionysu, avec qui elle aurait communiqué dans une histoire

    Il y a deux mois, des images ont émergé d'une paire de sphinx gardant l'entrée principale de la tombe sous une grande arche et les experts ont déclaré que la majeure partie de la terre autour des créatures mythiques avait été retirée pour révéler une partie d'un linteau de marbre avec des fresques.

    L'historien Diogène Laërce a dit que Laomédon a été banni par le père d'Alexandre le Grand, Philippe II, mais est retourné en Macédoine quand Alexandre a pris le trône.

    Après avoir gouverné une province en Syrie après la mort d'Alexandre, il a été capturé par Nicanor lorsque l'empire a éclaté.

    L'histoire raconte qu'il a réussi à s'échapper à Caria, où on lui a promis la ville d'Amphipolis. Donc, si ses restes - ou la preuve que le lieu de repos final est le sien - sont trouvés dans la tombe, cela pourrait jouer un rôle dans la preuve des récits du passé.

    "Les fouilles répondront à la question cruciale de savoir qui a été enterré à l'intérieur", a déclaré M. Samaras.

    Les archéologues qui craignent que peu de trésors et d'indices sur son propriétaire ne restent dans la tombe, ont déclaré qu'une partie d'un mur de pierre qui bloquait l'entrée souterraine avait disparu, tandis que les sphinx, qui mesuraient à l'origine six pieds (deux mètres) de haut , manquent de têtes et d'ailes.

    QUI ÉTAIT ALEXANDRE LE GRAND ?

    Alexandre (statue sur la photo) est né à Pella, l'ancienne capitale de la Macédoine en juillet 356 av. J.-C., et est mort d'une fièvre à Babylone en juin 323 av.

    Alexandre (statue sur la photo) est né à Pella, l'ancienne capitale de la Macédoine en juillet 356 av. J.-C., et est mort d'une fièvre à Babylone en juin 323 av.

    Alexandre (statue sur la photo) est né à Pella, l'ancienne capitale de la Macédoine en juillet 356 av. J.-C., et est mort d'une fièvre à Babylone en juin 323 av.

    Alexandre III de Macédoine est né à Pella, l'ancienne capitale de la Macédoine en juillet 356 av.

    Il mourut d'une fièvre à Babylone en juin 323 av.

    Alexandre a dirigé une armée à travers les territoires perses d'Asie Mineure, de Syrie et d'Égypte, revendiquant la terre au fur et à mesure.

    His greatest victory was at the Battle of Gaugamela, now northern Iraq, in 331 BC, and during his trek across these Persian territories, he was said to never have suffered a defeat.

    This led him to be known as Alexander the Great.

    Following this battle in Gaugamela, Alexander led his army a further 11,000 miles (17,700km), founded over 70 cities and created an empire that stretched across three continents.

    This covered from Greece in the west, to Egypt in the south, Danube in the north, and Indian Punjab to the East.

    Alexander was buried in Egypt.

    His fellow royals were traditionally interred in a cemetery near Vergina, far to the west.

    The lavishly-furnished tomb of Alexander's father, Philip II, was discovered during the 1970s.

    Chief archaeologist Katerina Peristeri said that the monument being uncovered is a unique tomb, not just for Greece but for the entire Balkanic peninsula, and described it as being of ‘global interest’.

    Prime Minister Antonis Samaras added the discovery ‘is clearly extremely important’.

    Alexander, who started from the northern Greek region of Macedonia to build an empire stretching as far as India, died in 323 B.C. and was buried in Egypt.

    His fellow royals were traditionally interred in a cemetery near Vergina, to the west, where the lavishly-furnished tomb of Alexander's father, Philip II, was discovered during the 1970s.

    But archaeologists believe the Amphipolis grave, which is surrounded by a surprisingly long and well-built wall with courses of marble decorations, may have belonged to a senior ancient official.

    Dr Peristeri argued the mound was originally topped by a large stone lion that was unearthed a century ago, and is now situated around 3 miles (5km) from the excavation site.

    Geophysical teams have identified there are three main rooms within the huge circular structure.

    In the past, the lion has been associated with Laomedon of Mytilene, one of Alexander's military commanders who became governor of Syria after the king's death.


    Amphipolis: Two Caryatids Guard the Tomb – Amazing New Photos

    Two caryatids (sculpted female figures) of exceptional artistic value were unearthed on Saturday during excavations by archaeologists in Ancient Amphipolis Casta tomb, northern Greece. Specialists noted on Sunday that the new discoveries further support the view that the monument is of major importance.
    According to a Culture Ministry announcement, the western caryatid’s face is saved almost intact whereas the eastern caryatid’s face is missing.
    The western caryatid’s right arm and the eastern caryatid’s left arm are both outstretched, as if to symbolically stop anyone attempting to enter the tomb.
    The technique used is the same as the two sphinxes already found during the excavations. Traces of red and blue color were found on the figures, referring to Kore female statues.
    The two Caryatids were built by marble from Thasos island with exceptional artistry, and according to specialists, this discovery is of enormous importance, as it points out that the person buried in the grave is probably someone high up in the Macedonian hierarchy.
    There is a second, 4.5 meters wide, sealing stone wall in front of the Caryatids, following the technique of the tomb’s entrance wall. It is another attempt on behalf of the manufacturer, to stop anyone attempting to enter.




    Archaeologists find two ancient caryatids guarding tomb at Amphipolis - History

    NEW! Archaeological News

    Enormous ancient Macedonian tomb discovered in Amphipolis , Macedonia

    A drawing of how the tomb looks like as the archeologists progress

    Amphipolis was one of the most important ancient Macedonian cities. It was conquered by Philip of Macedon, Alexander the Great 's father and has since served as an economical center of eastern Macedonia. In 1913, when Macedonia was partitioned by Greece , Bulgaria, and Serbia, this location feel under Greek occupation.

    101 years later, it is here that the Greek archeologists entered a newly discovered ancient Macedonian tomb for a first time. Contrary to the many headlines circulating in the news, this is NOT a "Greek tomb", it is an ancient Macedonian Tomb. It was a burial place for Macedonians, not Greeks. The ancient Greeks did not have such burial customs, they did not build elaborate multi-chambered large structures in which they buried their dead. The ancient Macedonians, Thracians, and Etruscans are the only peoples that had such burial customs, making them unique in European history. But it is the Macedonians alone who created the most beautiful of these tombs, which had been correctly distinguished by specialists and scholars on ancient Macedonian history not as "Greek", but as "Macedonian Tombs".

    We are updating the story as it develops with the latest.

    January 19, 2015 - Bones of at least five individuals had been discovered so far in an underground burial chamber of the Macedonian Tomb at Amphipolis

    Human bone remains of at least five individuals, including an elderly woman and a child, had been found inside the Macedonian Tomb at Amphipolis. Further tests are being done to see if they were related. The the remains belonged to

    • a woman in her 60s who suffered from osteoporosis and was about 1.57m (5ft 1in) tall
    • a newborn child of unspecified sex
    • two men aged between 35 and 45, the youngest of whom died of a stab wound, and between 1.62m and 1.68m
    • and a fourth adult whose corpse - unlike the others - had been cremated.

    Sketch of the underground burial chamber

    The tomb was found to contain more than 550 bone fragments, of which 157 have so far been matched to the five individuals. A number of animal bones had also been discovered inside.

    The condition in which the bones were found indicates that they had been disturbed, the statement said.

    Emeritus Professor of Archaeology at University of Crete Petros Themelis said that the burial site was in disarray. Analysis, Themelis said, should focus on the cremated remains which, he deems, most likely belonged to the earliest occupant of the tomb.

    October 22, 2014 - The missing head of the entry sphinx is discovered

    The missing head of the Sphinx guarding the tomb s entrance was finally discovered inside the third chamber.

    The Sphinx s head is intact, with minimal breakage on the nose. It has a height of 0.60m and it is assigned to the body of the eastern Sphinx. Made of marble, the head has signs of red color on its curly hair (falling onto its left shoulder) that is tied with a white stripe. It carries a pole. The head was found in a depth of 15cm inside a marble threshold. In addition, fragments of the Sphinx s wings were discovered in the same chamber.

    October 17, 2014 - Imposing Ancient Macedonian Mosaic is fully revealed

    October 12, 2014 - Partial Imposing Ancient Macedonian Mosaic is revealed

    An imposing ancient Macedonia mosaic has been uncovered, of a bearded man driving a chariot with Hermes, the messenger of the gods guiding his chariot. The mosaic is 14.8 x 9.8 feet (4.5 x 3 meters) and is yet to be completely uncovered. Tiny pieces of white, black, blue, red, yellow and grey create a picture of a chariot drawn by two white horses, driven by a bearded man wearing a crown of laurel leaves. The mosaic, measuring three metres by 4.5 metres wide, depicts a driving a chariot and two horses after Hermes, the Greek god of travel and guide to the underworld. Hermes is depicted in a Macedonian fashion, wearing the Macedonian hat kausia and a Macedonian military cloak and carrying his caduceus, or staff. A circular part near the centre of the mosaic is missing, but authorities say enough fragments have been found nearby to reconstruct a large part.

    Contrary to the many rumors circulating that Olympias , the mother of Alexander, was buried in this tomb, propagated by several English writers and Greek archeologists we still believe that the tomb belongs to a man, not a royalty but a high ranking Macedonian figure.

    September 8, 2014 - Two Catyatid Sculptures are revealed

    Archeologists have unearthed two sculpted marble female Caryatids, as they make their way into the tomb. The figures were unearthed on Saturday (September 6), the ministry said in a statement, but they were announced to the press 2 days later.

    The Caryatids, with thick curls covering their shoulders, support an inner entrance into the tomb and feature the same sculpting technique used for the heads and wings of two sphinxes found guarding the main entrance of the tomb in August, according to the statement. The face of one of the Caryatids is missing, while both figures have one hand outstretched in a symbolic move to push away anyone who would try to violate the tomb.

    August 14, 2014 - Announcement

    Amphipolis was one of the most important ancient Macedonian cities. It was conquered by Philip of Macedon, Alexander the Great's father and has since served as an economical center of eastern Macedonia. In 1913, when Macedonia was partitioned by Greece, Bulgaria, and Serbia, this location feel under Greek occupation.

    Contrary to the many headlines circulating in the news, this is NOT a "Greek tomb", but an ancient Macedonian tomb. Inside was clearly buried a notable Macedonian figure, judging by the enormous size of the building.

    For more information on this important discovery please visit these links:

    Our opinion is that Alexander the Great is NOT buried at the massive Macedonian tomb the archaeologists have been digging over the last 2 years at Amphipolis, despite suggestions of some. It is known that his body was laid to rest in Egypt, first in Memphis and then in Alexandria. It was still there on display for centuries since the Macedonians had conquered the Persian Empire. Many Roman emperors, beginning with Augustus Octavian visited his burial chamber at Alexandria centuries later. Thus Alexander was not, and could not, have been buried in the Amphipolis tomb.

    W orkers are using crane to remove large stone blocks from a wall originally sealing the entrance of the tomb

    An inner marble wall is seen inside the antechamber of a large tomb

    F ront paw of a large stone sphinx is seen topping the entrance

    The question remains, just WHO was buried here? It is clear from the enormous size of the tomb that it was a high ranking Macedonian, perhaps even a royalty as suggested by some of the Greek archeologists. However, since royalty was buried at Pella, the ancient capital of Macedonia, it leaves strong possibility that the person buried here was a high ranking Macedonian general OR admiral. Is it admiral Cleitus who destroyed the Greek fleet at sea? Or general Craterus? Leonnatus? Anitipater, Neoptolemus? Leosthenes, Polyperchon? Sosthenes? Or other lesser know Macedonian commanders?


    ARTICLES LIÉS

    It may be the final resting place for a relative or senior official of the famous king.

    Access to the third chamber was made possible after experts unearthed two sculpted female figures, known as Caryatids, last week.

    By removing a large volume of soil, behind the wall bearing the two sculpted female figures, they were able to uncover the next chamber.

    Until now, experts had only partially investigated the antechamber of the tomb and uncovered a marble wall concealing one or more inner chambers.

    During initial observations, archaeologists found that the dome structure (pictured) has been weakened, as a result of losing a large amount of earth, and the researchers found the arched dome of the third chamber is on the verge of collapse, due to 'deep and extensive cracks'

    Clockwise from top right shows two headless, marble sphinxes found above the entrance to the barrel-vaulted tomb, details of the facade and the lower courses of the blocking wall, the antechamber's mosaic floor, a 4.2-metre long stone slab, and the upper uncovered sections of two female figures. The second and third chambers, not pictured, have not yet been explored

    During initial observations, the archaeologists found that the level of sandy soil in the third chamber is lower than in the previous two chambers.

    The dome structure has been weakened, as a result of losing a large amount of earth, and the researchers found the arched dome of the third chamber is on the verge of collapse, due to 'deep and extensive cracks' on either side.

    Before the discovery of the Caryatids, i t was feared the ‘incredibly important’ tomb dating to the time of Alexander the Great had been plundered in antiquity.

    Last week, archaeologists unearthed two sculpted female figures, known as Caryatids, (pictured) as they dug deeper at the site in the northeast of Greece. The half-bodied statues made of marble have thick hair covering their shoulders and are wearing a sleeved tunic

    Archaeologists excavating an ancient mound in northern Greece (pictured) uncovered the entrance to an important tomb some months ago. It is believed to have been built at the end of the reign of warrior-king Alexander the Great and Prime Minister Antonis Samaras described the discovery as 'extremely important’

    Archaeologist said that a hole in the decorated wall, and signs of forced entry, indicated it had been looted.

    But the discovery of the female sculptures gave fresh hope that some treasure may have survived, after all.

    The face of one of the Caryatids is missing (pictured), but both have one hand outstretched to push away tomb raiders

    The Caryatids are made of marble and support an inner entrance into the tomb.

    They feature the same sculpting technique used for the heads and wings of two sphinxes found guarding the main entrance of the tomb last month.

    ‘The structure of the second entrance with the Caryatids is an important finding, which supports the view that it is a prominent monument of great importance,’ the Culture Ministry said.

    The face of one of the Caryatids is missing, while both figures have one hand outstretched in a symbolic move to push away anyone who would try to violate the tomb.

    Archaeologists have said that the Amphipolis site appears to be the largest ancient tomb ever discovered in Greece at 1,935ft (590m) wide.

    Last month, pictures emerged of a pair of sphinxes guarding the grave's main entrance beneath a large arch and experts said that most of the earth around the mythical creatures had been removed to reveal part of a marble lintel with frescoes.

    Chief archaeologist Katerina Peristeri said that the monument being uncovered is a unique tomb, not just for Greece but for the entire Balkanic peninsula, and described it as being of ‘global interest’.

    Archaeologists were hopeful that an ancient mound in northern Greece could hold the remains of a senior official from the time of Alexander the Great. They discovered that its entrance is guarded by a pair of sphinxes (pictured) but last month warned that signs of forced entry indicate it was plundered in antiquity

    WHO WAS ALEXANDER THE GREAT?

    Alexander (statue pictured) was born in Pella, the ancient capital of Macedonia in July 356 BC, and died of a fever in Babylon in June 323 BC

    Alexander III of Macedon was born in Pella, the ancient capital of Macedonia in July 356 BC.

    He died of a fever in Babylon in June 323 BC.

    Alexander led an army across the Persian territories of Asia Minor, Syria and Egypt claiming the land as he went.

    His greatest victory was at the Battle of Gaugamela, now northern Iraq, in 331 BC, and during his trek across these Persian territories, he was said to never have suffered a defeat.

    This led him to be known as Alexander the Great.

    Following this battle in Gaugamela, Alexander led his army a further 11,000 miles (17,700km), founded over 70 cities and created an empire that stretched across three continents.

    This covered from Greece in the west, to Egypt in the south, Danube in the north, and Indian Punjab to the East.

    Alexander was buried in Egypt.

    His fellow royals were traditionally interred in a cemetery near Vergina, far to the west.

    The lavishly-furnished tomb of Alexander's father, Philip II, was discovered during the 1970s.

    Prime Minister Antonis Samaras added the discovery ‘is clearly extremely important’.

    Alexander, who started from the northern Greek region of Macedonia to build an empire stretching as far as India, died in 323 B.C. and was buried in Egypt.

    His fellow royals were traditionally interred in a cemetery near Vergina, to the west, where the lavishly-furnished tomb of Alexander's father, Philip II, was discovered during the 1970s.

    Greece's culture ministry said that earth around the sphinx statues has been removed to reveal part of a marble lintel with frescoes (pictured) but hopes of finding further treasures now seem to be slim

    The tomb is situated in Amphipolis region of Serres in Greece (marked). Archaeologists believe the grave may have belonged to a senior ancient official. While it looks largely undisturbed, there are fears that looting took place hundreds of years ago

    THE GREEK SPHINX

    In Greek tradition, the mythical sphinx has the haunches of a lion, sometimes with the wings of a great bird, and the face of a human - usually a woman.

    It was described by writers as being treacherous and merciless.

    In many myths, including Oedipus, those who could not answer a riddle posed by the monster, would be killed and eaten.

    The sphinx described by the Ancient Egyptians was usually male and more benevolent.

    In both cultures, they often guarded entrances to temples and important tombs.

    The oldest sphinx found guarding a site was discovered in Turkey and dates to 9,500 BC.

    But archaeologists believe the Amphipolis grave, which is surrounded by a surprisingly long and well-built wall with courses of marble decorations, may have belonged to a senior ancient official.

    Dr Peristeri argued the mound was originally topped by a large stone lion that was unearthed a century ago, and is now situated around 3 miles (5km) from the excavation site.

    Geophysical teams have identified there are three main rooms within the huge circular structure.

    In the past, the lion has been associated with Laomedon of Mytilene, one of Alexander's military commanders who became governor of Syria after the king's death.

    ‘The excavation will answer the crucial question of who was buried inside,’ Mr Samaras said.

    Archaeologists who fear that few treasures and clues to its owner may remain in the tomb, said that part of a stone wall that blocked off the subterranean entrance was found to be missing, while the sphinxes, which were originally six feet (two metres) high, lack heads and wings.

    Excavator Katerina Peristeri has argued the mound was originally topped by a large stone lion that was unearthed a century ago, and is now situated around 3 miles (5km) from the excavation site (pictured). The lion has been associated with Laomedon of Mytilene, who was one of Alexander's military commanders


    (Photos) Archaeologists Uncover Massive Floor Mosaic at Amphipolis Tomb

    Archaeologists digging through a vast ancient tomb in Amphipolis in northern Greece have uncovered a floor mosaic that covers the whole area of a room known as the antechamber to the main burial chamber. The mosaic, 10 feet long and 15 feet wide, depicts a horseman with a laurel wreath driving a chariot drawn by two horses and preceded by the god Hermes. According to the Greek Ministry of Culture announcement made Sunday, Hermes is depicted here as the conductor of souls to the afterlife.

    The mosaic is made up of pebbles in many colors: white, black, gray, blue, red and yellow. A circular part, near the center of the mosaic, is missing, but authorities say enough fragments have been found to reconstruct a large part.

    Speculation has been running wild in recent weeks over who might be buried in the massive tomb complex currently being excavated at Amphipolis. In a breakthrough discovery last weekcarytaid, archeologists excavating the site have exposed two 7-foot-tall marble statues inside the tomb, guarding the entrance to its main chamber. According to some scholars, the presence of these sculpted female figures, known as caryatids, strongly suggests that the tomb may belong to Olympias, the mother of the great warrior-king Alexander the Great.

    According to Andrew Chugg, author of “The Quest for the Tomb of Alexander the Great,” the figures may not depict ordinary women, but Klodones, priestesses of Dionysus, the Greek god of wine.

    Apart from Olympias, the most likely candidate to have been buried in the massive tomb at Amphipolis appears to be Roxana, Alexander the Great’s wife. The Macedonian general Cassander murdered Roxana in 311 B.C., along with her son Alexander IV, his father’s rightful heir to the throne. Other possible candidates include Alexander’s admirals Androsthenes, Laomedon and Nearchus his generals Hephaestion and Antigonus Monophthalmus and even Cassander himself. Chugg disagrees with these latter possibilities, arguing that the presence of the caryatids as guardians of the tomb means the occupant could not be male.

    A team of archeologists led by Katerina Peristeri began work at the site in 2012. Last month, they announced that they had unearthed a 1,600-foot-long marble wall encircling the tomb complex, a size that dwarfs the burial site of Philip II, Alexander’s father, in Vergina. Along with a long vaulted corridor leading to the tomb, the archeologists discovered two headless, wingless sphinxes guarding its entrance. They believe the tomb was originally crowned by a 16-foot-tall marble statue known as the Lion of Amphipolis, which was discovered a few miles away in the bed of the Strymonas River in 1912.


    Archaeologists find two ancient caryatids guarding tomb at Amphipolis - History

    12 questions and answers about the tomb at Amphipolis and a profile of the experts who hold the key to the answers

    The secrets of the ancient tomb at Amphipolis are many and raise a number of questions.

    Why Amphipolis?

    In ancient times, the area was important due to its strategic location. Gold and silver of the Pangaion hills made the area particularly attractive and the dense forests were important also for naval construction. It was here that Alexander the Great defeated the remains of Xerxes’ army in 479 BC. In the reign of the great warrior king, Amphipolis was an important naval base and the birthplace of three of the most famous Macedonian admirals – Nearchus, Androsthenes and Laomedon. The ancient site was one of the main stops on the Macedonian royal road.

    Amphipolis is built on a raised plateau overlooking the east bank of the river Strymon where it emerged from Lake Cercinitis, about 3 m from the Aegean Sea.

    Why is the tomb so large?

    The Tomb of Amphipolis lies on the hill of Kasta. The surrounding wall is 500 meters long and is almost a perfect circle with a diameter of 158.4 meters – a trademark number used by Alexander the Great’s personal friend, ancient architect Dinocrates who had also constructed the walls of Alexandria at 15,840 meters in length. The surrounding wall has a height of 3 meters and constructed of Thassian marble. The top of the surrounding wall is where the Lion of Amphipolis stood at 5.2 meters in height. The tomb is sealed.

    The creator of the tomb may possibly have been motivated by envy when he created a tomb that is ten times larger than that of the tomb of Alexander’s father, Phillip 2 of Macedon. Another explanation may be that the tomb could belong to many men and not just one person. Tombs in antiquity weren’t large-scale, however the ancient tomb at Amphipolis may have been influenced by the monumental Egyptian tombs – an idea acquired following Alexander the Great’s Eastern conquests.

    Is Amphipolis the “next Vergina”?

    Quite possibly, as long as the tomb hasn’t been plundered. It all depends on whether human remains will be found within the tomb showing that members of the royal family are buried here. In that case, history books will need to be rewritten. Archaeologists believe that even if looters have extracted items of value from within the tomb, it is still of inestimable cultural value.

    Has the tomb been plundered?

    There is a great deal of speculation regarding this, even though lead archaeologist at the site, Katerina Peristeri, claims that the tomb is extremely well-protected and that the sealing and other safety precautions may have prevented looting. Nonetheless, the fact that the Lion of Amphipolis that had stood at the top of the mound had been removed, the headless sphinx guards at the entrance and damage to the Caryatids are proof that the site isn’t in tact.

    The missing heads were not recovered

    Why had the geological studies at the hill of Kasta remained hidden?

    The C.P.R. work (CLICK HERE) and seismic tomography (CLICK HERE) had been conducted at the region. Archaeologists believe that the findings of Amphipolis would have come to light much sooner had the second study, not been interrupted in 1999, due to lack of funds. The tomography shows that the findings so far are just a small portion of what’s in store. Archaeologist Haido Koukouli-Chrysanthaki who had worked with the team of geologists says that one reason why a great deal of importance wasn’t placed on the seismic tomography was because it’s accuracy was unverified and the Antiquities Department of Kavala had a number of other priorities at the time, thus putting off the expensive excavations at the hill of Kasta.

    The C.P.R. scanning of the region had been conducted by Konstandinos Papatheodorou, lecturer of the Department of Geoinformatics and Surveying of Serres Technical College (TEI), in collaboration with lead archaeologist Katerina Peristeri. He says that he had left the study in her hands.

    Why is one of the Caryatids damaged?

    The two intricate caryatids uncovered late on Saturday surprised archaeologists as these statues have links to Athens rather than Macedonia. The face of the left Caryatid, on the Western side is in tact, however the one of the right does not. Pieces of the fingers and parts of the hand that were raised to guard the entrance have already been found on the soil below indicating that the sculptures might have been damaged through natural wear. General Secretary of the Ministry of Culture and Sports, Lina Mendoni, believes that a likely reason for the damage is the natural wear through time. Quite possibly, the eastern caryatid was damaged by the pressure of a vertical crack in the tomb and the material used didn’t hold up. She considers it unlikely that the face was vandalized by early Roman looters. However, another scenario could be that ancient Roman grave robbers may have cut off the face and back-filled the tomb.

    The face is missing but the caryatid has a hand oustretched to keep people away

    Under the waist of the two Caryatids, a full-width of sealing wall has been revealed of 4.5 meters in length using the same technique as the sealing wall in front of the sphinxes and indicates an intent to keep robbers away

    What is the link between the sphinx guards, the caryatids and the lion of Amphipolis?

    The caryatids are associated with Athens, however there are Caryatids also found at the throne of Euridyce at Vergina. Unfortunately, however, the specific statue was stolen from Vergina under mysterious circumstances in 2001. Noteworthy also is the fact that caryatids were also used by the Romans, almost exclusively in a funerary context, and many have been found to decorate a number of Roman sarcophagi.

    A photo of the throne from the tomb of Eurydice at Vergina were stolen along with the little Caryatid figures (left arm raised 17 cm, white marble) in the late summer of 2001

    The Lion of Amphipolis appears to have been created at the same workshop as the Sphinx guards and appears to be a symbol for a very powerful person at the time. It should be noted that the lion symbol has close associations with Alexander the Great who is often depicted with the characteristics of a lion.

    Where are the heads of the Sphinx guards?

    It is a mystery. They may have been damaged during an earthquake, destroyed by early Christians on an anti-pagan rampage or found embellishing someone’s private antiquity collection.

    The two sphinxes reach a height of 1.45 meters – 2 meters if they had their heads. According to the myth, sphinxes were a mix of lion, bird and human

    What are the links between the tomb and Egypt?

    The sealing wall was created with diaphragmatic walls and filled with loose sand up to the height of the domb, a practice found in Egyptian tombs so far. The chambers of the tomb were filled with sand after burial to protect it from grave robbers. Furthermore, the sphinx guards keeping vigil at the entrance are also a link with Egypt, though archaeologists warn that this fact alone doesn’t indicate anything. Egyptians built monumental burial tombs, much larger than those created in Greece, and the size of the tomb may have been influenced by Egyptian culture.

    Is a male or female buried at the tomb?

    The lion is a manly symbol, however the ionic style was characteristically used for females even though excavations at Vergina in 1985 found a Macedonian tomb using the ionic rhythm but belonging to a prominent member of the military.

    Amphipolis tomb ionic architrave bearing ionic cymation partially keeping its colors

    Why are archaeologists tight-lipped?

    Deontology doesn’t allow for assumptions and speculations before studies are adequately conducted. The Ministry of Culture and Sports is very careful in its announcements as a lot of the data hasn’t been accurately verified, such as the Lion of Amphipolis and its link to the tomb or the date of the tomb believed to be at the end of the 4th-century B.C.

    When will the contents of the tomb be revealed?

    Culture Minister Kostas Tasoulas said that the monument itself “would talk” but so far excavations have been a “test of patience” as the world waits with baited breath to finally find out the identity of the tomb. Unofficially, it is believed that the internal support of the ceiling and diaphragmatic walls will allow archaeologists to enter the tomb and find its secrets within several weeks.


    Voir la vidéo: Fotos: Esto es lo que encontraron los arqueólogos después de abrir la tumba de Jesús