Combat de Majalahonda, 11 août 1812

Combat de Majalahonda, 11 août 1812


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Combat de Majalahonda, 11 août 1812

Le combat de Majalahonda (11 août 1812) fut le seul combat important lors de l'avancée de Wellington sur Madrid au lendemain de la bataille de Salamanque, et vit sa principale force de cavalerie être attaquée par une force française qui avait été envoyée pour découvrir si Wellington était en effet en route.

Le 10 août, le roi Joseph avait déjà décidé d'évacuer Madrid face à l'avancée de Wellington, mais il voulait s'assurer que Wellington avançait réellement vers lui avec son armée principale avant de quitter la ville. En conséquence, il envoya le général Treillard avec 2 000 cavaliers, soutenus par la division italienne de Palombini, pour attaquer l'avant-garde de Wellington et faire des prisonniers.

L'avant-garde de Wellington était composée de la cavalerie portugaise de D'Urban, des dragons lourds de la King's German Legion, de l'artillerie à cheval de Macdonald et d'un bataillon léger du KGL. Le 9 août, d'Urban occupa le palais de l'Escurial et trouva l'arrière-garde française à Las Rosas et Majalahonda. Le lendemain, D'Urban s'avança un peu plus près des Français, mais Wellington lui avait ordonné de ne prendre aucun risque tant que l'armée principale n'était pas plus proche.

Tôt le 11 août, D'Urban attaqua les avant-postes français existants, qui étaient tenus par 700 dragons sous Reiset. D'Urban avait un nombre similaire de troupes à portée de main, mais avait également de l'artillerie, et il a pu forcer les Français à quitter Las Rosas puis à Majalahonda. Cela le plaçait à seulement sept milles de Madrid, avec ordre de se rendre à moins de trois milles avant de s'arrêter. La dernière chose à laquelle D'Urban s'attendait était d'être attaqué, alors il ordonna à ses troupes portugaises de se reposer à Majalahonda. Les troupes allemandes atteignirent Las Rosas, où elles firent de même.

Malheureusement pour D'Urban, les Français se déplaçaient maintenant, et juste avant 16 heures, une force d'environ 2 000 cavaliers (19e et 22e dragons, italiens Dragons le Napoléon, 1er lanciers westphaliens et les hommes de Reiset), sont apparus à l'extérieur de Majalahonda. Les hommes de D'Urban ont à peu près eu le temps de se former avant le coup français. Il a posté un escadron de troupes portugaises devant comme tirailleurs, cinq dans sa ligne principale et un à sa gauche pour défendre l'artillerie à cheval.

Les Français attaquent en trois lignes. D'Urban a mené une contre-charge, mais ses troupes ont fondu juste avant que l'affrontement n'ait lieu, ne laissant que leurs officiers avancer. Deux des commandants portugais, Visconde de Barbacena et le colonel Lobo, ont été capturés à ce stade, et D'Urban n'a échappé que de justesse. Les Français ont ensuite poursuivi la Portugeuse vaincu vers les Allemands à Las Rosas.

La cavalerie lourde allemande fut également prise par surprise. Ils venaient à peine de se former lorsque les hommes de Reiset, à la tête de la charge française, attaquèrent et menacèrent de répéter leur succès antérieur. Ils ont été arrêtés par un mélange de tirs de l'infanterie légère du village et les performances d'une petite partie de la ligne. Reiset a été contraint d'ordonner à ses hommes de se reformer, ce qui a donné aux Allemands le temps de former correctement leur ligne. D'Urban a également pu rallier une partie de ses troupes portugaises.

La deuxième attaque française a été repoussée par les Allemands, mais une fois de plus les Portugais se sont rapidement retirés. Treillard a envoyé sa deuxième ligne dans la bataille, et ils ont forcé les Allemands à revenir au village. Cependant, les Français ont ensuite été arrêtés par des tirs d'infanterie légère provenant des bâtiments.

Treillard avait toujours sa troisième ligne, mais à ce stade, la brigade de cavalerie de Ponsonby et les premières troupes de la 7e division apparurent. Treillard battit en retraite à grande vitesse, abandonnant les trois canons que les Français avaient capturés plus tôt dans la journée. Cependant, ils avaient atteint leur objectif principal - Treillard a pu informer le roi Joseph que Wellington avançait sur Madrid en personne. Cela étant confirmé, Joseph quitta Madrid tard le même jour, tandis que Wellington fit une entrée triomphale le 12 août.

Page d'accueil napoléonienne | Livres sur les guerres napoléoniennes | Index des sujets : Guerres napoléoniennes


Guerre de 1812

Lors de la guerre de 1812, les États-Unis ont affronté la plus grande puissance navale du monde, la Grande-Bretagne, dans un conflit qui aurait un impact immense sur l'avenir du jeune pays. Les causes de la guerre comprenaient les tentatives britanniques de restreindre le commerce américain, la Royal Navy&# x2019s impression de marins américains et l'Amérique&# x2019s désir d'étendre son territoire. Les États-Unis ont subi de nombreuses défaites coûteuses aux mains des troupes britanniques, canadiennes et amérindiennes au cours de la guerre de 1812, y compris la capture et l'incendie de la capitale nationale&# x2019s, Washington, DC, en août 1814. Néanmoins, American les troupes ont pu repousser les invasions britanniques à New York, Baltimore et la Nouvelle-Orléans, renforçant la confiance nationale et favorisant un nouvel esprit de patriotisme. La ratification du traité de Gand le 17 février 1815 a mis fin à la guerre mais a laissé en suspens bon nombre des questions les plus controversées. Néanmoins, beaucoup aux États-Unis ont célébré la guerre de 1812 comme une « deuxième guerre d'indépendance », marquant le début d'une ère d'accord partisan et de fierté nationale.


SUSAN PARKER | George Gardner : une partie de l'histoire du maire de St. Augustine

La chronique d'aujourd'hui est offerte en reconnaissance des services rendus à notre communauté par l'ancien maire George Gardner. Ses efforts communautaires se sont étendus de part et d'autre de ses quatre années en tant que maire de 2002 à 2006 et jusqu'au moment de sa mort plus tôt cette semaine le 6 avril.

Saint-Augustin avait déjà 247 ans lorsque son premier maire a pris ses fonctions en novembre 1812. Saint-Augustin apparaît dans les documents dès ses premiers jours comme « la ville de Saint-Augustin », mais cela n'incluait pas de gouvernement municipal. La Floride (plus tard la Floride orientale) était une colonie militaire dirigée par un gouverneur qui était un officier militaire. Le gouverneur a également supervisé la ville de Saint-Augustin.

Cinq mois après l'adoption d'une constitution par l'Assemblée nationale espagnole (Cortes), l'annonce de la nouvelle série de lois a atteint Saint-Augustin en août 1812. Le gouverneur de l'est de la Floride, Sebastian Kindelan, a dû râler à huis clos et peut-être à haute voix à son état-major. sur l'exigence de la Constitution espagnole de 1812 d'établir un conseil municipal dans sa capitale.

Il devait s'agir d'un conseil municipal élu par le peuple, et non d'un conseil trié sur le volet par le gouverneur. Les électeurs de St. Augustine ont choisi un maire et quatre conseillers et mdash le même nombre de représentants dans la Commission de la ville d'aujourd'hui. Les électeurs n'incluaient pas les femmes ou les Noirs des deux sexes à cette époque.

Le conseil municipal comprenait également le gouverneur comme président du conseil. Geronimo Alvarez a été élu premier maire et a présidé la première réunion du Conseil le 8 novembre 1812, dans la maison du gouverneur. Les procès-verbaux du Conseil municipal d'aujourd'hui sont conservés à la Bibliothèque du Congrès. Les minutes sont le lot 412 d'une collection connue sous le nom de East Florida Papers.

Alvarez et Kindelan se sont affrontés dès le début. Le gouverneur ne voulait renoncer à aucune de ses autorité et le maire prévoyait de prendre toute l'autorité qu'il pouvait. Alvarez n'a pas acquiescé à l'officier de haut rang.

Peut-être parce qu'Alvarez était originaire d'Espagne, il avait la fierté d'affronter le gouverneur. La naissance dans la « mère patrie » avait un statut plus élevé que la naissance dans les Amériques, quelle que soit la nation : Espagne, Grande-Bretagne ou France.

Deux événements se démarquent alors qu'Alvarez s'efforçait d'établir l'importance de la fonction de maire et de son propre statut. L'effort le plus durable d'Alvarez a été la construction du monument de la Constitution, qui se dresse toujours sur la place Saint-Augustin. L'historien Paul Weaver a noté qu'il était nécessaire de commémorer la place principale d'une ville sous le nom de "Plaza de la Constitution" et qu'"une plaque commémorative soit érigée au même endroit qu'il convient". Il n'y avait aucune exigence pour la construction d'un monument commémoratif. Une tablette attachée à un bâtiment faisant face à la place ferait l'affaire. Le gouverneur Kindelan a suggéré un carreau de céramique avec un libellé approprié.

Mais cela ne suffisait pas au maire Alvarez et à ses collègues conseillers. Ils ont choisi de construire un obélisque. Alvarez a fait avancer le projet et a démontré sa ferveur pour son rôle civique.

L'autre événement était le défi face à face du maire Alvarez du gouverneur. Alvarez entendait démontrer que les autorités civiles n'étaient pas inférieures à l'exécutif militaire. Kindelan dut s'absenter de la réunion régulière du Conseil prévue le 4 mai 1813. Ce jour-là, le Conseil se trouva enfermé hors de sa salle de réunion dans la maison du gouverneur en son absence.

Alvarez a convoqué la réunion dans sa propre maison de la rue St Francis, aujourd'hui connue sous le nom de monument historique national de la maison Gonzalez-Alvarez, généralement appelée la "maison la plus ancienne". Pour faire valoir qu'il s'agissait d'une réunion légitime, dans le procès-verbal du Conseil, Alvarez a cité la clause spécifique de la loi espagnole qui permettait une réunion sans la présence du gouverneur.

L'ancien maire Gardner a-t-il déjà dépeint le maire Alvarez ? Peut-être peut-être pas. George Gardner était un homme qui se décrit lui-même comme un homme en collants dans sa représentation des personnages du début de Saint-Augustin. Au moment du mandat du maire Alvarez, les styles pour hommes n'incluaient plus les leggings associés aux explorateurs et fondateurs des XVIe et XVIIe siècles.

En 2012, l'ancien maire George Gardner a été grand maréchal du défilé et de la célébration du bicentenaire espagnol commémorant la Constitution de 1812 et son monument construit pendant le mandat du premier maire de Saint-Augustin, Geronimo Alvarez.


Événements historiques en 1814

    Le roi du Danemark cède la Norvège au roi de Suède par traité de Kiel, le grand campement des Templiers aux États-Unis est tenu à New York Le premier livre de Stendahl est publié Guerre de la sixième coalition : la Russie et la Prusse sont défaites par la France à la bataille de Brienne Gervasio Antonio de Posadas devient directeur suprême de l'Argentine. Le "Corsair" de Lord Byron se vend à 10 000 exemplaires le jour de la publication Le volcan Mayon à Luzon Philippines entre en éruption tuant 1 200

Victoire en Bataille

10 fév Guerres napoléoniennes : Bataille de Champaubert, les Français battent les Russes

    L'indépendance de la Norvège proclamée Bataille de Mormant : L'armée impériale française bat les forces russes autrichiennes (Guerre de la sixième coalition) La bataille de Montereau victoire des Français sous Napoléon Bonaparte contre les Autrichiens et les Wurtembergeois sous le roi de Wurtemberg. La première monnaie australienne - le dollar troué introduit, composé de «pièces de huit» espagnoles avec les centres estampés, pour la colonie de la Nouvelle-Galles du Sud [1]

Musique Première

27 février Créations de la 8e symphonie en fa de Ludwig van Beethoven

    Napoléon Ier de France remporte la bataille de Craonne contre la force combinée russe et prussienne dans le nord de la France

Victoire en Bataille

27 mars Bataille à Horseshoe Bend : le général Andrew Jackson bat les Red Sticks, une partie de la tribu indienne Creek près de Dadeville, Alabama

    Guerres napoléoniennes : Sixième forces de la coalition mars à Paris après avoir vaincu Napoléon Murat publie la déclaration de Rimini qui inspirera plus tard les forces d'unification italiennes alliées contre Napoléon capture Paris Napoléon abdique pour la première fois en faveur de son fils Banque des Pays-Bas émet ses 1ers billets Elias Canneman (L ) démissionne de son poste de ministre des Finances des Pays-Bas Napoléon Bonaparte abdique sans condition et il est exilé sur l'île d'Elbe en Méditerranée

Événement de L'intérêt

26 avril Le roi Louis XVIII débarque à Calais depuis l'Angleterre

    Le règne des Bourbons rétabli en France Le roi Ferdinand VII d'Espagne signe le décret du 4 mai, rendant l'Espagne à l'absolutisme Attaque britannique Fort Ontario, Oswego, New York Le Danemark cède la Norvège à la Suède (Fête nationale) Constitution norvégienne adoptée par l'assemblée constituante à Eidsvoll Occupation de Monaco passe du français à l'autrichien Guerres napoléoniennes : guerre de la sixième coalition - le traité de Paris (1814) est signé, ramenant les frontières françaises à leur étendue de 1792. 1er match au présent Lord's, MCC v Herefordshire Americans capture Fort Erie, Canada (guerre de 1812)

Événement de L'intérêt

25 juillet L'ingénieur anglais George Stephenson présente sa première locomotive à vapeur, un moteur de déplacement conçu pour transporter du charbon sur le wagon Killingworth nommé Blücher

Événement de L'intérêt

7 août Le pape Pie VII rétablit la Compagnie de Jésus (Jésuites)

    Les négociations de paix commencent à Gand, en Belgique Le Cap de Bonne-Espérance officiellement cédé aux Britanniques par le traité néerlandais de Londres-Pays-Bas cesse de transporter des esclaves Les forces britanniques capturent Washington, DC et détruisent de nombreux monuments (guerre de 1812) Les forces britanniques détruisent la Bibliothèque du Congrès, contenant 3 000 livres (Guerre de 1812) -15] Bataille de Masurische Meren : les Allemands chassent les Russes de la Prusse orientale Commencée le 6 septembre, les Américains battent les Britanniques à la bataille de Plattsburgh pendant la guerre de 1812 Bataille du lac Champlain, NY La marine américaine bat la bataille britannique de North Point a combattu près de Baltimore pendant la guerre de 1812

Fiery Birth pour Star Spangled Banner

14 sept. Francis Scott Key écrit le poème "Defence of Fort M'Henry", plus tard connu sous le nom de "The Star-Spangled Banner", alors qu'il assiste au bombardement de Fort McHenry depuis un navire dans le port de Baltimore

    "Star Spangled Banner" publié sous forme de chanson, paroles de Francis Scott Key, mélodie de John Stafford Smith Ouverture du Congrès de Vienne, qui a redessiné la carte politique de l'Europe après la défaite de Napoléon Bonaparte Une inondation de bière se produit à Londres, tuant neuf personnes. La 1ère chirurgie plastique est réalisée (Angleterre) "Demologos", 1er navire de guerre à vapeur, est lancé Le Congrès de Vienne s'ouvre pour redessiner la carte politique européenne après la défaite de la France, lors des guerres napoléoniennes 1ère séance des Etats généraux à La Haye The Times of London d'abord imprimé par des presses automatiques à vapeur construites par les inventeurs allemands Friedrich Koenig et Andreas Friedrich Bauer - rend les journaux accessibles à un public de masse La bataille du lac Borgne en Louisiane : la victoire britannique sur les États-Unis Samuel Marsden de la Church Missionary Society arrive dans la Bay of Islands, en Nouvelle-Zélande, pour établir la première station missionnaire du pays Introduction des moutons, des bovins, des chevaux et de la volaille

Traité de Gand

24 décembre Signature du traité de Gand mettant fin à la guerre de 1812 entre les États-Unis, le Royaume-Uni et leurs alliés


Généalogie

La généalogie est de loin l'un des passe-temps les plus populaires aux États-Unis. L'expertise et les niveaux de compétence varient considérablement d'un novice à un gourou professionnel de la généalogie. Rejoindre la DAR ne nécessite pas d'intérêt pour la généalogie, mais cela permet d'avoir une certaine connaissance de son ascendance. À tout le moins, vous devrez rassembler des documents pour vous-même, vos parents, vos grands-parents et éventuellement vos arrière-grands-parents. Avec quelque 3 000 chapitres à l'échelle nationale et internationale, DAR dispose d'équipes de bénévoles qui peuvent vous aider si vous avez besoin d'aide dans vos recherches. Ne hésitez pas à contacter un chapitre dans votre région pour commencer.

Cette section vous guidera tout au long des premières étapes de votre recherche. En plus de vous aider à démarrer la collecte de vos documents et vos premières recherches, ces pages vous aideront à trouver un chapitre DAR près de chez vous et vous donneront un aperçu de nos ressources généalogiques en ligne.


Événements historiques en 1813

    1ère usine américaine de coton brut en tissu fondée à Waltham, Massachusetts 1ère législation fédérale sur la vaccination promulguée Le Congrès américain autorise l'utilisation de bateaux à vapeur pour transporter le courrier Le Bureau du Surgeon General de l'armée américaine forme le 1er concerto du Royal Philharmonic David Melville, Newport, Rhode Island, Brevets appareil pour fabriquer du gaz de charbon Lady Hester Stanhope se dirige vers l'ancienne ville de Palmyre, la première femme occidentale à visiter le premier drapeau américain hissé au combat sur le Pacifique par la frégate Essex Les Américains sous le commandement du général Pike capture Toronto Pike est tué Le premier brevet américain en caoutchouc accordé à Jacob F. Hummel En Australie, William Lawson, Gregory Blaxland et William Wentworth mènent une expédition vers l'ouest depuis Sydney. Leur route ouvre l'intérieur de l'Australie pour une expansion continue tout au long du 19ème siècle.

Événement de L'intérêt

23 mai Le leader sud-américain de l'indépendance, Simón Bolívar, entre à Mérida, menant l'invasion du Venezuela, et est proclamé El Libertador ("Le Libérateur")

    Les Américains capturent Fort George, Canada En Australie, Lawson, Blaxland et Wentworth atteignent le mont Blaxland, marquant la fin d'une route à travers les Blue Mountains Le capitaine John Lawrence prononce la devise de la marine "N'abandonnez pas le navire" L'invasion américaine du Canada s'est arrêtée à Stoney Creek ( Ontario) Guerre péninsulaire : La bataille de Vitoria se traduit par une victoire pour une alliance espagnole, portugaise et britannique contre la bataille française de Beaver Dams - Les forces britanniques et indigènes battent les forces américaines (Guerre de 1812) Guerre de 1812 : Trois semaines de raids britanniques sur Fort Schlosser, Black Rock et Plattsburgh, New York commencent l'invasion britannique de Plattsburgh, NY

Rendez-vous d'intérêt

12 août Robert Southey est nommé poète officiel britannique par le roi George III

    Le navire de guerre britannique Pelican attaque et capture le brigantin de guerre américain Argus Gervasio Antonio de Posadas rejoint le deuxième triumvirat argentin. Bataille de Grossbeeren - Les Prussiens de Von Bulow repoussent les Français

Victoire en Bataille

27 août Bataille de Dresde Napoléon bat les Autrichiens

    Bataille de Kulm : forces françaises défaites par l'alliance austro-prussienne-russe. Premier journal religieux américain (Religious Remembrancer (Christian Observer)) "Oncle Sam" 1er utilisé pour désigner les États-Unis, par Troy Post de New York Le commandant de la marine américaine Oliver Hazard Perry bat les Britanniques à la bataille du lac Érié Bataille de Bárbula : Simón Bolívar bat Santiago Bobadilla Bataille de la Tamise au Canada Les Américains battent les Britanniques

Événement de L'intérêt

9 novembre Le général Andrew Jackson, répondant à un appel à l'aide des Indiens de White Stick Creek à Fort Leslie, chasse la force attaquante des Indiens de Red Stick Creek à Talladega, en Alabama

    Dresde se rend aux armées alliées Les troupes alliées occupent Zwolle Neth Les troupes alliées occupent Groningue Révolte fiscale à Amsterdam Stettin se rend aux armées alliées Les cosaques occupent Utrecht Elias Canneman (Lib) devient ministre des Finances Le prince Willem Frederik retourne aux Pays-Bas Le prince Willem Frederik accepte la monarchie constitutionnelle Lübeck se rend à armées alliées

Musique Première

8 décembre La 7e Symphonie en la de Ludwig van Beethoven, créée à Vienne sous la direction de Beethoven


Bataille de Stoneton

Le 18 juin 1812, les États-Unis ont déclaré la guerre à la Grande-Bretagne même si la Grande-Bretagne avait beaucoup plus de navires, de canons, de marins et de soldats que l'Amérique. À cette époque, la Grande-Bretagne et la France étaient engagées dans des combats prolongés et meurtriers dans les guerres napoléoniennes, chacun de ces pays bloquant les expéditions américaines vers l'autre pays. En conséquence, le commerce américain en souffrait beaucoup. De plus, les Britanniques avaient impressionné les marins américains dans la marine britannique comme moyen de maintenir ses forces. On estime que jusqu'à 10 000 Américains ont été contraints de servir quelque temps dans la marine britannique, y compris le héros de la bataille de Stonington, Jeremiah Holmes. La guerre dura jusqu'en 1815.

Le soir du 9 août 1814, un puissant escadron naval britannique sous le commandement du capitaine Sir Thomas Masterman Hardy a commencé à bombarder la colonie de Stonington Point. L'escadron de Hardy se composait du Pactole, 38 canons, le Envoi, un brick de 22 canons et le bombardier au mortier La terreur. Le 10 août, l'escadron s'agrandit avec l'arrivée du vaisseau amiral de Hardy Ramillies, 74 canons, et le brick Nemrod. Stonington avait un total de 3 canons – deux 18 livres et un 6 livres. Bien que le 10 août ait été un tournant en faveur des défenseurs de Stonington, les bombardements britanniques se sont poursuivis par intermittence jusqu'au 12 août, lorsque les Britanniques sont partis sans succès dans leurs tentatives de débarquer. Le départ britannique a été une occasion de célébration par Stonington et ses voisins et a été célébré en août presque chaque année depuis 1815.

Quelques faits sur la bataille de Stonington :

  • Les Britanniques possédaient 160 canons et avaient environ 1 275 hommes
  • Des 100 à 120 bâtiments de l'arrondissement à l'époque, 40 ont été endommagés
  • Il a été estimé à l'époque que le total des dommages à la propriété était évalué à 3 500 $
  • Sur les 750 habitants de l'arrondissement, trois sont morts lors d'attaques de causes naturelles aucun n'a été tué par les Britanniques
  • Un cheval et deux autres animaux de ferme ont été tués
  • Un homme a été aveuglé lors de l'attaque et un autre est décédé plusieurs mois plus tard d'une blessure infectée
  • Un total de 21 Britanniques ont été tués 50 blessés
  • Environ 50 tonnes de métal ont été lancées dans l'arrondissement par les Britanniques

Niles Weekly Register a publié le poème « La bataille de Stonington” – septembre 1814 :

"Les Ramillies ont abandonné la mêlée

Et avec ses camarades en fuite

Telle était la valeur du jour

Des goudrons britanniques à Stonington.

Mais comment se fait-il que Stonington ait subi des pertes aussi minimes ?

James Tertius de Kay, dans le premier chapitre de son livre La bataille de Stoneton*, se demande aussi :

Il est tentant de ne pas tenir compte de la bataille, juste un cas où les hommes du roi George se heurtent à des meubles. Après tout, de telles rencontres inexplicables se produisent tout le temps au combat et sont la devise commune de la guerre. Pourtant, des questions demeurent.

Par exemple, qu'est-ce qui a motivé l'attaque ? C'était totalement inattendu et totalement non provoqué. Il n'y avait aucune raison militaire valable pour cela. Dès le départ, l'attaque a été clairement définie comme une action punitive visant à détruire les biens civils. Le commandant britannique, le capitaine Sir Thomas Masterman Hardy, a déclaré par la suite qu'il croyait que Stonington fabriquait des torpilles, mais il n'a jamais produit la moindre preuve pour étayer son affirmation, ce qui était en fait faux.

Tout aussi déroutante que l'attaque britannique était la réponse américaine à celle-ci. Qu'est-ce qui a rendu les Yankees si ridiculement courageux ? Qu'est-ce qui a pu pousser les villageois à penser qu'ils avaient les moyens de se battre contre de telles probabilités ? Pourquoi un tel courage téméraire ?

Le plus déroutant de tous est la nature inefficace de l'attaque. Pourquoi le village a-t-il été si peu endommagé ? Cinq navires puissants ont participé à l'action, pilotés par des équipages vétérans et commandés par certains des meilleurs officiers de marine au monde, soit un total d'environ 1 500 hommes contre peut-être une vingtaine de civils. Comment les Britanniques pourraient-ils perdre ?

*c1990 Naval Institute Press, Annapolis, Maryland

La bataille de 1814 de Stonington est redécouverte en 2019 grâce à une subvention du programme de protection du champ de bataille du National Park Service

En 2018, grâce à une subvention du programme de protection du champ de bataille du National Park Service, la Stonington Historical Society créera de nouvelles cartes SIG du champ de bataille et mènera des recherches archéologiques, à la fois sur terre et sous l'eau, dans l'espoir de découvrir des artefacts de la bataille. Nos découvertes seront intégrées dans une nouvelle exposition sur la bataille de Stonington au Old Lighthouse Museum.


Opérations militaires américaines : répartition des pertes

UNE. Les données antérieures à la Première Guerre mondiale sont basées sur des dossiers incomplets dans de nombreux cas. Les données sur les pertes se limitent aux morts et aux blessés et excluent donc le personnel capturé ou porté disparu au combat qui a ensuite été remis sous contrôle militaire.

B. Les données du Corps des Marines pour la Seconde Guerre mondiale, la guerre hispano-américaine et les guerres antérieures représentent le nombre de personnes blessées, tandis que toutes les autres données de cette colonne représentent le nombre total (incidence) de blessures.

C. Inconnu, mais les estimations vont de 184 000 à 250 000.

RÉ. Tel que rapporté par le commissaire aux pensions dans son rapport annuel pour l'exercice 1903.

E. Les statistiques faisant autorité pour les forces confédérées ne sont pas disponibles. Les estimations du nombre de personnes qui ont servi vont de 600 000 à 1 500 000. Le rapport final du grand prévôt général, 1863-1866, a indiqué 133 821 morts confédérés (74 524 bataille et 59 297 autres) sur la base de retours incomplets. En outre, environ 26 000 à 31 000 membres du personnel confédéré sont morts dans les prisons de l'Union.

F. Le nombre de services couvre la période du 21 avril au 13 août 1898, tandis que les données sur les morts et les blessés concernent la période du 1er mai au 31 août 1898. Les hostilités actives ont cessé le 13 août 1898, mais les ratifications du traité de paix n'ont pas été échangées entre les États-Unis et l'Espagne jusqu'au 11 avril 1899.

G. Comprend le service aérien. Les morts au combat et les blessures non mortelles comprennent les pertes subies par les forces américaines dans le nord de la Russie jusqu'au 25 août 1919 et en Sibérie jusqu'au 1er avril 1920. Les autres décès couvrent la période du 1er avril 1917 au 31 décembre 1918.

H. Les données sont pour la période du 1er décembre 1941 au 31 décembre 1946, lorsque les hostilités ont été officiellement terminées par proclamation présidentielle, mais quelques morts au combat ou blessures non mortelles ont été subies après l'acceptation japonaise des termes de paix alliés le 14 août 1945 Le nombre de personnes en service du 1er décembre 1941 au 31 août 1945 était le suivant : Total - 14 903 213 Armée - 10 420 000 Marine - 3 883 520 et Corps des Marines - 599 693.

JE. Comprend les forces aériennes de l'armée.

J. Les morts au combat et les blessures non mortelles comprennent les pertes subies en octobre 1941 en raison d'actions hostiles.

K. Données provisoires définitives basées sur les informations disponibles au 30 septembre 1954, date à laquelle 24 personnes étaient toujours portées disparues au combat.

L. Comme indiqué dans "Battle Casualties and Medical Statistics: US Army Experience in the Korean War" de Frank Reister, publié par le Surgeon General of the Department of the Army en 1973. Ce chiffre représente les admissions hors combat en Corée et comprend les décès résultant de blessures, suicides, homicides et maladies.

M. Le nombre de services couvre la période du 4 août 1964 au 27 janvier 1973 (date du cessez-le-feu). Les blessures non mortelles excluent 150 332 personnes ne nécessitant pas de soins hospitaliers. L'état connu des victimes est au 30 septembre 1995.

DÉCÈS DE MILITAIRES EN SERVICE ACTIF DANS LE MONDE ENTIER DES ÉTATS-UNIS OPÉRATIONS MILITAIRES SÉLECTIONNÉES

Total des pertes militaires américaines par opération

Tué en action /
Mort de blessures
Blessé au combat Prisonnier de guerre Le total
République dominicaine, 1965-1966 27 172 0 199
DMZ coréenne, 1966-1969 43 111 3 157
Attaque israélienne contre la liberté, 1967 33 170 0 203
Sauvetage de Mayagüez, 1975 18 50 0 68
Salvador, 1979-1992 6 3 0 9
Tentative de sauvetage d'otages iraniens, 1980 8 5 0 13
Liban, 1982-1984 260 159 1 420
Grenade, 1983 19 119 0 138
Mission de bombardement en Libye, 1986 2 0 0 2
Escorte de pétroliers du golfe Persique, 1987-1988 2 10 0 12
Panama 23 320 0 343
Guerre du Golfe Persique, 1991 147 458 23 628
Somalie, 1992-1994 29 153 1 183
LE TOTAL 617 1,730 28 2,375

Analyse de tous les décès parmi les militaires en service actif, y compris les membres activés des éléments de réserve, entre le 1er août 1990 et le 31 juillet 1991 signalés au DoD Worldwide Casualty System. Dans le monde, il y a eu 1769 décès parmi les militaires en service actif. 372 décès sont survenus parmi les militaires dans la région du Golfe. 147 résultent directement d'un combat, 194 résultent de blessures non subies au combat et 30 résultent d'une maladie. Sur les 30 décès par maladie, aucun n'était dû au cancer, 1 était dû à une maladie infectieuse, 2 étaient de causes cardiovasculaires, 21 étaient initialement décrits comme inattendus/indéfinis, et 6 autres sont décédés de causes diverses. Sur les 21 décès inattendus, des autopsies ont été pratiquées sur 18 des personnes décédées. Les résultats à l'autopsie étaient les suivants : 13 avaient une maladie cardiaque grave 1 avaient une embolie pulmonaire due à une thrombose veineuse dans la jambe 1 sont décédés de toxicité à l'éthanol et de pneumonie par aspiration 1 d'une surdose accidentelle de médicaments 1 de la gangrène de l'intestin due à un volvulus mésentérique et, 1 d'une rupture d'anévrisme cérébral. Il n'y avait pas de risque excessif de décès inattendu/indéfini parmi les personnes déployées. Les décès dus à des blessures non intentionnelles parmi les déployés ont dépassé le nombre prévu sur la base des taux obtenus pour les non-déployés. Limites de cette étude : Les bases de données utilisées ne sont pas destinées à être utilisées dans la recherche médicale. L'exactitude des données personnelles pour déterminer qui a été déployée n'avait pas été validée.


Rouleaux de rassemblement de la marine américaine de la Seconde Guerre mondiale, 1938 et 1949
Cette collection de plus de 33 millions d'enregistrements donne des faits sur le personnel enrôlé de la Seconde Guerre mondiale, comme la spécialité professionnelle et le numéro de service.

Index des livres de croisière de la marine américaine, 1918 et 2009
Semblables aux annuaires des navires de guerre, ces documents comprennent des photographies, des biographies d'officiers et plus encore.

Cartes d'enregistrement de la Seconde Guerre mondiale des États-Unis, 1942
Recherchez près de 6 millions de cartes de draft d'hommes qui se sont inscrits pour le quatrième draft de la Seconde Guerre mondiale en 1942.

Cartes d'enregistrement de la Première Guerre mondiale, 1917 et 1918
Ébauche de cartes d'enregistrement pour plus de 24 millions d'hommes qui se sont inscrits pour la première guerre mondiale en 1917 et 1918.


21e. La seconde guerre pour l'indépendance américaine


Cette gravure, La prise de la ville de Washington en Amérique, illustre les forces britanniques prenant d'assaut Washington D.C. en 1814 et incendiant plusieurs structures importantes, dont la Maison Blanche et la Bibliothèque du Congrès.

Lors de la guerre de 1812, les États-Unis se sont de nouveau battus contre les Britanniques et leurs alliés indiens. Certains historiens voient le conflit comme une seconde guerre pour l'indépendance américaine.

De plus, la guerre de trois ans marque une frontière traditionnelle entre la première république et les premières périodes nationales. La première période avait des liens étroits avec le monde colonial plus hiérarchisé du XVIIIe siècle, tandis que les développements d'après-guerre allaient dans de nouvelles directions dynamiques qui contribuaient à une société et une culture américaines plus autonomes. Bien que la guerre de 1812 constitue un tournant important dans le développement d'États-Unis indépendants, la guerre elle-même a surtout été un désastre politique et militaire pour le pays.

Le Congrès américain était loin d'être unanime dans sa déclaration de guerre. La première invasion américaine du Canada (alors gouverné par l'Angleterre) à l'été 1812 a été repoussée par Tecumseh et les Britanniques. Bien que Tecumseh soit tué au combat l'automne suivant, les États-Unis n'ont pas pu organiser une invasion majeure du Canada en raison d'importantes dissensions nationales au sujet de la politique de guerre. Plus important encore, les gouverneurs de la plupart des États de la Nouvelle-Angleterre ont refusé d'autoriser leurs milices d'État à se joindre à une campagne au-delà des frontières de l'État. De même, un jeune membre prometteur du Congrès du New Hampshire, Daniel Webster, a en fait découragé l'enrôlement dans l'armée américaine.


Fort McHenry est considéré comme le « foyer de l'hymne national », car c'est ici, lors d'une bataille de la guerre de 1812, que Francis Scott Key a été inspiré pour écrire son célèbre poème.

La domination militaire britannique était encore plus claire dans l'Atlantique et cette supériorité navale lui a permis de porter un coup honteux aux États-Unis fragiles à l'été 1814. Avec l'échec des forces françaises de Napoléon en Europe, la Grande-Bretagne a consacré plus de ses ressources à la guerre américaine et en août, remonta le fleuve Potomac pour occuper Washington DC et brûler la Maison Blanche. Au bord de la faillite nationale et avec le capital en grande partie en cendres, le désastre américain total a été évité lorsque les Britanniques n'ont pas réussi à capturer Fort. McHenry qui protégeait Baltimore à proximité.

Regarder l'attaque ratée de Fort. McHenry en tant que prisonnier des Britanniques, Francis Scott Key a écrit un poème plus tard intitulé " The Star-Spangled Banner " qui a été mis sur l'air d'une chanson à boire anglaise. Il est devenu l'hymne national officiel des États-Unis d'Amérique en 1931.

Le moment le plus critique de la guerre de 1812, cependant, n'a peut-être pas été une bataille, mais plutôt une réunion politique convoquée par la législature du Massachusetts. À partir de décembre 1814, 26 fédéralistes représentant les États de la Nouvelle-Angleterre se sont réunis à la Convention de Hartford pour discuter de la façon d'inverser le déclin de leur parti et de la région. Bien que l'industrie manufacturière soit en plein essor et que le commerce de contrebande ait enrichi la région, la « guerre de M. Madison » et ses dépenses se sont avérées difficiles à avaler pour les habitants de la Nouvelle-Angleterre.

La tenue de cette réunion pendant la guerre était profondément controversée. Bien que des dirigeants plus modérés aient rejeté les extrémistes qui appelaient la Nouvelle-Angleterre à faire sécession des États-Unis, la plupart des républicains pensaient que la Convention de Hartford était un acte de trahison.


La milice d'État de la Nouvelle-Angleterre a refusé de faire son service national pendant la guerre de 1812.

L'opposition du fédéraliste de la Nouvelle-Angleterre aux politiques nationales avait été démontrée de nombreuses manières, allant du contournement des restrictions commerciales dès 1807 au vote contre la déclaration de guerre initiale en 1812, en refusant de fournir des milices d'État à l'armée nationale, et maintenant ses représentants passaient à autre chose. un dangereux parcours de semi-autonomie en temps de guerre.

If a peace treaty ending the War of 1812 had not been signed while the Hartford Convention was still meeting, New England may have seriously debated seceeding from the Union.


Voir la vidéo: Boxeo y Kick Boxing en Majadahonda